Comptes de Fées

Comptes de Fées

La Frustration

Durant les premières années de sa vie, pris en charge par ses parents qui accourent dès le moindre besoin, l’enfant va se sentir tout puissant et croire au fantasme de contrôle absolu. Au-delà d’un certain âge, cet enfant va se rendre compte que dans la vie « On ne peut pas tout avoir et tout de suite ! ».

 

 La frustration naît dans ce contexte et se répète chaque fois que les évènements de la vie nous montrent nos limites.

Pourtant, la frustration est nécessaire à notre équilibre mental puisqu’elle nous montre les limites de notre pouvoir.

 L’enfant a besoin de limites : elles le sécurisent, le structurent et l’aident à construire son identité.

La frustration est un état mental d’insatisfaction caractérisé par un déséquilibre entre un désir ou une attente et sa réalisation du fait qu'il n'est pas (encore) réalisé. En d’autres termes, la frustration est toujours occasionnée par quelqu’un ou quelque chose hors de notre contrôle.

 

 La frustration entraîne un sentiment de mal-être et vient d’un manque en rapport avec une valeur dite « de consigne ».

 

Imaginez une personne sédentaire qui décide de se remettre à la course à pied. Si elle arrive, au bout de quelque temps, à courir 2 kms sans s’arrêter, elle en sera vraiment fière. Même si elle n’a parcouru ces 2 kms qu’en 1 h ! Mais voyez ce sportif, habitué à courir 2 kms en 8 minutes, qui un jour fait un temps de 8 minutes 30. Quelle frustration ! On voit bien dans cet exemple que la personne sédentaire et le sportif n’ont pas la même valeur de consigne.

 

 

La frustration naît d’un sentiment de manque qui dérive lui-même d’une pensée de manquement. La personne frustrée est une personne qui s’attend à quelque chose, qu’elle définit arbitrairement comme valeur de consigne et qui se désole quand elle ne l’atteint pas.
La frustration vient aussi du manquement que l’on sent à l’égard de l’autre lorsque l’on croit qu’il attend de nous quelque chose que nous n’avons pas n’atteint.

 

 

Lorsqu'elle nous frappe, on éprouve un sentiment d'impuissance qui nous choque et nous déstabilise. La frustration nous apparaît comme un affront, une injustice qu’on n’a pas à subir ni à supporter et qu'on ne mérite pas. La frustration est donc toujours vécue avec une attitude de protestation. C’est une agression qui suscite des émotions secondaires comme le chagrin, le désarroi ou la colère. Colère contre soi ou contre l’autre.

 

 

Une personne normale, lorsqu’elle est frustrée, ressent les deux émotions qu’il y a derrière, la dépression qui donne envie de se vider et la colère qui permet de se récupérer. Dans la frustration, la colère est salutaire. Elle donne à la personne la reprise en main de son individualité.

Chez une malade souffrant de TCA, la frustration n’est pas décryptée.

 

 Le vide (le sentiment de vacuité) envahit le cerveau, laissant la personne déprimée. La colère ne vient pas (elle est refoulée) parce qu’elle n’est pas exprimable. Dès lors, à l’opposé d’une personne en bonne santé mentale, la malade souffrant de TCA devient de plus en plus intolérante à la frustration. Forcément : ça la vide ! Elle qui a tant de difficultés à exister…

 

 

La rigidité de la malade anorexique et de certaines malades boulimiques n’a pas d’autre origine. Tout doit être sous contrôle, parce que les valeurs de consigne qu’elles se sont données sont trop élevées pour elles. Elles ne peuvent les atteindre, ce qui ipso facto provoque une colère. Mais derrière la frustration, il y a aussi la peur. La peur du regard de l’autre, parce qu’on a peur de l’œil fantomatique qui vous fouille à l’intérieur et qui vous juge.

 

 C’est cet œil dont parle Victor Hugo quand il évoque Caïn après le meurtre d’Abel qui, n’en pouvant plus, se réfugie dans la tombe mais « l’œil était dans la tombe et regardait Caïn ».

 

 Cet œil, c’est sa frustration de ne pas être aimé de Dieu. La malade anorexique garde tout sous contrôle, par peur que le moindre imprévu l’empêche d’assurer (d’être pertinente), donc la fasse se sentir nulle et donc fasse qu’on l’aime moins.

 

Cette frustration légitime que chacun d’entre nous ressent tous les jours, dans nos relations à autrui, est chez la patiente anorexique à la fois niée (au dehors) et exacerbée (au dedans).
Ça donne à sa vie des comportements quelque peu hallucinés : elle qui ne mange pas ne supporte pas que le repas soit servi avec 5 minutes de retard ; la malade ne supporte pas qu’on dise non à l’anorexie alors qu’elle perd ses amis ; elle ne supporte pas plus que sa mère soit le nez sur son assiette, elle  qui espérerait que sa mère soit tout entière à elle. Elle qui garde telle madeleine ou telle barre de chocolat des semaines après péremption et qui sera si frustrée qu’elle lui procure si peu de plaisir… si elle arrive à la manger !


Elle qui rêvait de pouvoir manger, sur son lit d’hôpital, devant son plateau et qui est si frustrée que ce soit déjà froid ; ou telle patiente boulimique qui se sent frustrée d’être privée de sa crise quand sa meilleure amie lui propose une sortie.

 

 

En conclusion :

 


L’anorexie et la boulimie placent les patients dans un état permanent de frustration. L'état de frustration parle de lui-même: lorsque je suis dans cet état, je sais que je suis insatisfait. Je sais également, qu'à mes yeux, je subis une injustice et que cela me révolte. Enfin, j'attribue la responsabilité de mon insatisfaction à un facteur que je considère "hors de mon contrôle".

Une patiente souffrant d’un trouble alimentaire dont le principal objectif de guérison est d’être heureuse ne pourra pas éviter une vie de frustrations. Le but n’est pas d’éviter les frustrations, mais d’apprendre à les gérer, à les relativiser.

 

 

La frustration fait partie de la vie. Ne pas l’accepter, ne pas l’entendre, c’est la décupler. C’est la faire s’exprimer pour des choses d’une telle futilité … qu’on s’en sent encore plus frustré.

Alors, lâchez prise. Offrez-vous de belles frustrations qui en valent le coup, rebondissez en prenant conscience que la frustration est le nerf de la guerre et ce qui nous fait avancer et nous rend créatifs.



28/12/2012
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 19 autres membres